Charente, l’autre grand fleuve

Des contreforts du Limousin à l’Océan atlantique, la Charente parcourt une mosaïque de paysages. La découverte se fait sous le signe de la diversité. Des terres bocagères de Charente limousine aux marais côtiers en passant par des massifs karstique et les prés inondables, le fleuve Charente coule en eaux tranquilles pour déboucher dans l’océan. François Mitterrand y taquinait le goujon dans son enfance, Francois 1er l’appelait “le plus beau ruisseau de mon royaume”. Si l’étymologie est exacte, l’ origine du mot Charente serait une expression gauloise signifiant “fleuve aux eaux tranquilles”, jamais rivière n’a autant mérité son nom. La Charente, qui étire ses méandres le long de 361 kilomètres entre plaines et coteaux est un fleuve paresseux.

Sur les 361 kilomètres de son parcours, son profil reste singulier et prometteur pour qui sait s’y attarder. Il progresse en une succession de méandres. Il file vers le nord puis subitement prend la route du sud et décide enfin d’aller vers l’ouest pour se jeter dans la mer. Plus encore que son profil géographique, ses caractéristiques halieutiques étonnent : quel cours d’eau peut offrir à la fois truites, black-bass, brochets, silures et des poissons migrateurs comme l’alose et la lamproie.

 

Le film “Charente l’autre fleuve”est une rencontre avec des passionnés du fleuve. S’ils sont toujours étonnés qu’on s’intéresse à leur chère rivière, ils partagent l’envie de la faire aimer, de la dévoiler un peu, de la faire sortir de l’ombre du fleuve des rois. “La Charente est comme les gens du pays, discret et doux”, rappelle le géographe.

ÉCRITURE/RÉALISATION : Didier Laurent & Antoine de Changy
DURÉE : 52′
DIFFUSEUR : SEASONS